Santé

cassis fruit

Le Cassis, une plante incontournable

Le Cassis, une plante incontournable 608 640 marielegros

Le Cassis ou Ribes Nigrum est une plante incontournable en Endobiogénie.

En effet, cette plante a une action sur l’axe corticosurrénalien très intéressante. Elle va soutenir la glande surrénale dans tous ses besoins d’adaptations…On entend par adaptation tous les évènements vécus par notre organisme qui lui font quitter son état d’équilibre de base. Cela englobe les agressions bactériennes ou virales, les changements de rythme ( changement d’heure, de saisons, décalage horaire…) les nuisances environnementales ( pollutions chimiques, sonores, énergétiques, personnes toxiques), les modifications hormonales normalement physiologiques ( puberté, grossesse, ménopause, croissance…).

L’adaptation est donc un phénomène très large, qui nous accompagne quotidiennement…Par conséquent, la glande surrénalienne est largement et lourdement mise à contribution  dans nos vies modernes.

Quels sont les signes d’une glande surrénalienne sur-sollicitée?

On trouve en général chez les personnes dont la « surrénale » est fatiguée divers indicateurs:

Infections à répétition

Allergies saisonnières

Mycoses

Fatigue (coup de pompe)

Ulcères digestifs de stress

Spasmophilie

Tétanie

Troubles de la gestion des glucides.

Comment soutenir la glande surrénalienne ?

Nous avons à notre disposition plusieurs moyens pour aider cette glande fondamentale de notre organisme.

Le premier consiste à éviter les situations stressantes au maximum….Alors facile à écrire….mais beaucoup plus difficile à appliquer….certes je le reconnais….

Néanmoins, il est de notre responsabilité individuelle de changer notre conception de la vie et des situations que nous vivons. Personne d’autre que nous même, ne peut changer. Alors décidons de le faire maintenant.

La fuite est un moyen tout aussi honorable que l’affrontement…Affronter des situations difficiles demande des ressources personnelles, notamment d’avoir une glande surrénalienne forte. Pour certaines personnes, cela ne pose aucun problème. Mais pour d’autres, cela demande énormément de ressources internes et parfois de façon invisible. La personne s’épuise petit à petit, dort mal, rumine, sursaute au moindre bruit, s’énerve à la moindre contrariété, tombe malade régulièrement….

Alors que choisir???

Pour ma part, il n’y a aucune hésitation…affronter quand on peut , fuir quand on n’est pas en situation de le faire. Nous ne sommes pas des « sur-hommes », et aucun challenge ne justifie qu’on ne se respecte pas.

Et surtout déjouer les jeux psychologiques qui jalonnent nos rencontres et nos vies quotidiennes afin d’éviter d’être piégés dans des scenarii répétitifs et destructeurs….

Le deuxième est de se faire aider par la Nature….

En effet, les plantes nous apportent des solutions faciles et rapides….elles n’évitent pas le stress mais aident à mieux le gérer.

Le Cassis ou Ribes nigrum est la plante incontournable!!!

Je l’utilise sous une forme particulière qui est le bourgeon macérât glycériné. Cette forme est capitale à respecter. On utilise donc les bourgeons du Cassis qui sont un tissu embryonnaire. Cette particularité fait que la composition en principe actif est tout à fait différente de celle des autres parties de plantes.

Le tissu embryonnaire offrirait non seulement une teneur supérieure en composés actifs, mais un spectre d’action beaucoup plus vaste que chacune des parties de la plante prises isolément.

Le bourgeon de Cassis a des propriétés cortisone like. Il permet de stimuler la production de cortisol par les glandes surrénaliennes. Il relance, régularise, et renforce le syndrome général d’adaptation. La résistance de l’organisme est augmentée. Enfin, il active les macrophages en promouvant la maturation globale de la réponse immunitaire, en particulier dans la prévention des pathologies chroniques. Par conséquent, on le qualifie parfois d’immunorégulateur. Il est aussi anti-inflammatoire, propriété qui découle de son action sur l’axe cortico-surrénaliuen.

De part toutes ses propriétés les bourgeons de Cassis sont aussi classés dans les plantes dites « adaptogènes ».

 

Comment utiliser les bourgeons de Cassis ?

La posologie dépend du patient. En fonction du cas, la posologie varie énormément: entre 50 gouttes par jour  et  4 cuillères à café par jour pour un bourgeon en 1DH…!!! Le thérapeute est à même de la fixer en fonction des signes cliniques et de l’anamnèse du patient.

Y-a-t-il des contre-indications à l’utilisation du Cassis ?

Pharmacologiquement, aucune toxicité aiguë ou chronique n’a été répertoriée. De même, aucun effet secondaire n’a été mentionné. On observe parfois cliniquement, des troubles du sommeil lors de prises tardives.

Place du Cassis à notre époque.

En tant que Coach Santé Nature, les bourgeons de Cassis font partie intégrante de mon arsenal thérapeutique.

Je les utilise très souvent avec d’excellents résultats. Leur utilisation étant très sûre, leur emploi peut s’effectuer sur plusieurs mois sans aucun problème. Ils sont d’une aide précieuse , notamment à l’heure actuelle où l’on nous demande beaucoup d’adaptations ( changement de saison, changement d’heure, arrivée des pollens, pandémie du covid 19, ralentissement dans le travail, télétravail, obscurcissement des perspectives futures….) bref, un vrai défi d’adaptation nous est lancé!! A nous de le relever!!!!

Naturellement vôtre

 

meditation

COMMENT REAGIR FACE AU CORONAVIRUS?

COMMENT REAGIR FACE AU CORONAVIRUS? 1707 2560 marielegros

En ces temps incertains et compliqués, face au coronavirus, il est bon de rester pragmatique et positif !!

En effet, nous ne pouvons qu’opposer à ce coronavirus un système immunitaire performant….

Penser positivement!

Tout d’abord, il est admis que les émotions négatives affaiblissent notre système immunitaire. Essayons donc de garder notre joie de vivre intérieure. Profitons de ce confinement pour en faire un temps de réflexion, de méditation, un temps de lacher prise où nous avons le temps de faire le point sur notre vie, nos projets, nos envies… un temps où l’être est plus important que le faire. Retrouvons la joie de partager avec nos proches des moments intimes et joyeux, rions aux éclats avec nos enfants, redécouvrons les jeux de société, cuisinons avec amour et patience, apprenons à nos enfants à canaliser leur énergie….

Evitons au maximum de sombrer dans la peur, toujours mauvaise conseillère…

soyons civique!

Ensuite, soyons bien évidemment pragmatique…. Respectons donc en premier les gestes barrières clairement définis par les autorités de santé.

Boostons notre système immunitaire!

Puis attachons-nous à « chouchouter » notre système immunitaire…

Pour ce faire, je vous conseille :

en préventif:

Ribes nigrum Bourgeon Macérat glycériné 1DH: 100 gouttes le matin

Huile essentielle de ravintsara : 1 à 2 gouttes 2 fois par jour

Extrait de propolis : 5 gouttes matin et soir

Probiotiques afin d’avoir une flore intestinale en béton

Oligosol cuivre or argent : 1 dose matin et soir

Echinacée Teinture mère : 50 gouttes matin et soir

Equilibre vitamine C (Laboratoire Biophenix) 2 par jour

 

Lavage de nez au serum physiologique matin et soir.

 

en curatif:

Si malheureusement vous développez des symptômes, en plus d’appeler le 15 (pour orientation et diagnostic) vous pouvez ajouter :

 

Ribes nigrum Bourgeons Macérat glycériné 1 DH : 100 gouttes matin midi et 50 gouttes le soir

Resistim 1 stick 3 fois par jour

Huile essentielle de Ravintsara 2 gouttes 4 fois par jour

Oligosol cuivre or argent 1 dose 3 à 4 fois par jour

Extrait de propolis 10 gouttes 3 fois par jour

Manger léger c’est-à-dire en évitant les produits laitiers animaux et les sucres.

Mettez vous au lit pour vous reposer au maximum

Et buvez dans la journée une tisane de thym, cannelle et citron.

forme

forme

Prenez bien soin de vous et de vous proches….

Naturellement votre…

Découvrez l'endobiogénie

Découvrez l’Endobiogénie

Découvrez l’Endobiogénie 3648 5472 marielegros

Qu’est-ce que l’Endobiogénie?

L’Endobiogénie vise à stimuler la capacité qu’a le corps humain à s’auto-réparer et à s’adapter afin de maintenir la vie et l’équilibre possible.

Endobiogénie signifie littéralement :

  • Endo : intérieur
  • Bio : la vie
  • Génie :  capacité qu’à le corps à s’autogérer

Par conséquent, elle considère l’homme comme une unité physiologique dont le maintien en bonne santé est assuré par un ensemble de mécanismes biologiques en mouvement permanent. Lorsque ces mécanismes ne fonctionnent plus de manière cohérente, la pathologie s’installe. Ainsi, c’est l’état de l’agressé et non la qualité de l’agresseur qui détermine le choix de la maladie.

Cette théorie, qui a révolutionné mon approche de la personne, a été mise au point par le Dr Christian Duraffourd. Il a procédé à un décodage minutieux de la physiologie humaine associé à une étude clinique poussée des patients. Ainsi, cela lui a permis de découvrir les liens entre symptômes et axe hormonal en déséquilibre.

Principe de l’Endobiogénie :

Ce concept est une vraie médecine intégrative qui considère l’interdépendance et l’autorégulation de l’organisme entre ses différents composants et avec son environnement.

Il met en avant le système endocrinien comme gestionnaire principal du corps. Ainsi, celui-ci est à l’œuvre dès les premiers jours de vie, in utero, et conditionne le bon développent du fœtus et plus tard la santé de l’individu. Il apparaît bien avant le système nerveux qui ne prend naissance qu’à la 7ième semaine d’aménorrhée. Mais sans le système hormonal, le foetus ne peut survivre, d’où son rôle primordial.

Comment fonctionne l’Endobiogénie?

Afin d’assurer la construction et la reconstruction de l’organisme toujours en adaptation, le gestionnaire principal qu’est le système hormonal fonctionne selon un ordre bien précis. C’est en connaissant cette dynamique et en détectant où le déséquilibre surgit que l’on va pouvoir agir pour aider l’organisme à se rééquilibrer.

Quelle est la base des traitements?

L’endobiogénie prône :

  • Un traitement individualisé respectant la physiologie propre à chacun.
  • Une médecine humaniste préventive et curative où l’individu est au cœur de sa prise en charge de façon responsable et active.
  • Un traitement le moins iatrogène possible en utilisant des méthodes respectueuses de la physiologie humaine.

les huiles végétales: comment les utiliser?

Les huiles végétales : comment les utiliser?

Les huiles végétales : comment les utiliser? 5184 3456 marielegros

Trésor de la Nature, les huiles végétales, complexes dans leur composition, peuvent s’utiliser en externe sur la peau ou par voie orale. Il existe tellement d’huiles différentes, qu’il est parfois difficile de s’y retrouver…

Voici quelques huiles décryptées spécialement pour vous….

Quelles huiles appliquer sur la peau?

Au niveau cutané

Les huiles riches en oméga 9 (Avocat, Ricin) : sont nourrissantes et assouplissantes pour la peau (intérêt pour les peaux très sèches ou cheveux cassants). Notons que l’huile d’avocat est riche en vitamine A, B, D, E H et PP.

Les huiles riches en AG saturés (beurre de coco ou karité) : permettent de créer une barrière protectrice (intérêt si crevasse ou pour créer un bouclier protecteur des agressions extérieures (froid par exemple).

Les huiles avec un rapport oméga 3/oméga 6 élevé : favorisent l’équilibre inflammatoire (Rose musquée, Argan).

Les huiles avec un rapport oméga 6/oméga 9 élevé :  favorisent l’hydratation de la peau en améliorant le ciment intercellulaire (Bourrache, Calendula, Onagre).

D’autres huiles végétales possèdent des propriétés spécifiques liées à la plante dont elles sont issues :

  • Ainsi, l’huile de calendula sera cicatrisante et adoucissante (c’est l’huile des bébés par excellence)
  • L’huile d’arnica aura, elle, des propriétés décontracturantes musculaires. Elle convient donc aux sportifs, ainsi que dans tous les problèmes musculo- ligamentaires.
  • L’huile de germe de blé est quant à elle très riche en vitamine A, D, E et K. Par conséquent, elle s’utilise à chaque fois que la peau est très sèche ou abimée (eczéma, dartres) car elle est régénératrice du tissu cutané, assouplissante et adoucissante. Elle est grasse et se conserve mal.
  • L’huile de calophylle est excellente en cas d’oédème. En effet, elle possède des propriétés drainantes circulatoires liées à ses qualités toniques et protectrices des capillaires sanguins.
  • L’huile de millepertuis, de couleur rouge, est une macération de feuille dans de l’huile de tournesol. Elle est dotée de propriétés anti-inflammatoire et décongestionnnante (entorse, tendinite, problème circulatoire). C’est un excellent cicatrisant en cas de brulure ou de peau rougie, ou bien en cas de circulation sanguine difficile…. Cependant, photosensibilisante, il faut éviter l’exposition solaire après application.
  • L’huile d’argan, composée principalement d’w9 et d’w6, a donc une action tonifiante et regénérante de la peau. Elle restaure le film hydrolipidique de la peau et fournit les éléments structurels aux cellules de l’épiderme. Cela lui confère des propriétés anti âge exceptionnelles.
  • L’huile de jojoba est l’huile des peaux grasses car elle n’obstrue pas les pores de la peau et conserve le film hydrolipidique. Par conséquent, associée à des huiles essentielles, elle est l’allié des peaux à tendance acnéique.
  • L’huile de ricin, est selon mon usage réservée aux soins des phanères (sourcils, ongles) parce qu’elle favorise leur pousse.
  • L’huile de noyau d’abricot est mon huile préférée pour véhiculer les huiles essentielles. Peu grasse, sans odeur, elle pénètre facilement et s’adresse aussi bien aux bébés qu’aux adultes.
  • Enfin, l’huile de Rose musquée riche en w3 et w6 s’adresse aux peaux exigentes, matures qui ont besoin de retrouver fermeté et souplesse.

Quelles huiles végétales sont à privilégier par voie orale et pour quelle utilisation?

Les huiles ont des compositions bien différentes et donc des propriétés variées. Leur utilisation se fera via l’alimentation dans la cuisine, en veillant à ne pas les chauffer ou par absorption orale pure.

On distinguera les huiles riches en w6 et celles riches en w3. On gardera en mémoire la nécéssité de transformation enzymatique et de compétition entre les deux séries d’Omega .

On veillera, à équilibrer ses apports et à garder à l’esprit que la toxicité dépend de la dose utilisée et donc que tout excés est néfaste.

Les huiles riches en w3 :

 Huile de noix, de colza, chia, de chanvre, de lin.

Les huiles riches en w6 :

Huile d’onagre, bourrache, maïs, tournesol, pépin de raisin.

Les huiles végétales les plus équilibrées dans leur rapport w3 et 6 :

Huile de Colza et de Noix. Possibilité de masquer le gout parfois désagréable du colza en réalisant un mélange avec de l’huile d’olive.

Cependant, il est totalement impossible de les utiliser à chaud.

On se souviendra aussi que la viande et toutes les graisses saturées d’origine animale apportent des oméga 6 notamment l’acide arachidonique, ce qui accentue le déséquilibre dans le corps humain.

bienfaits des huiles végétales

Les huiles végétales : quels bienfaits pour le corps?

Les huiles végétales : quels bienfaits pour le corps? 2929 1953 marielegros

Les bienfaits des huiles végétales

Les huiles végétales sont comme les fleurs de Bach un trésor issu de la Nature. Variées, multiples, on en trouve pour tous les goûts, et fournissent à nos organismes ultra sollicités, des composants précieux….

Qu’est-ce que l’huile végétale ?

Une huile est un corps gras liquide à température ambiante. Certains corps gras se présentent sous forme de beurre à nos températures et fondent vers 36-37 degrés. Il s’agit des beurres de cacao et de coco.

Le caractère liquide des huiles végétales relève de la présence dans la structure chimique d’une ou plusieurs doubles liaisons entre deux atomes de carbones. Cela les oppose aux graisses dites saturées (beurres, suif, crèmes) qui ne contiennent pas ces doubles liaisons et qui donc sont solides à température ambiante.

Les huiles végétales supportent mal l’oxygène de l’air qu’elles fixent dans leur structure chimique. Celui-ci est responsable du rancissement et de l’acidité des huiles. Elles sont donc instables à l’air libre. Il en est de même vis-à-vis de la lumière et de la chaleur. C’est pourquoi les huiles sont stockées dans des flacons en verre teintés et ne sont normalement pas utilisées pour cuisiner à haute température.

Les huiles végétales doivent donc être obtenues par pression à froid afin d’éviter toute dénaturation.

Les huiles s’obtiennent à partir de fruits ou de graines oléagineuses.

Composition d’une huile végétale

Une huile se compose de lipides appelés acides gras insaturés. On en distingue deux catégories :

  • Les acides gras (AG) mono-insaturés: les oméga 9
  • Les acides gras (AG) poly-insaturés: les oméga 3 et 6, ainsi que les AG essentiels (AGE) (non synthétisables par le corps humain et devant être fournis par l’alimentation.)
  • On retrouve aussi des insaponifiables. Ce sont des composants non transformés en savon lors d’une réaction d’un corps gras avec un alcalin. Ils entrent dans la composition de l’huile entre 1 et 15%. Leur participation aux propriétés de l’huile est très importante.

On trouve comme insaponifiable :

Polyphénols : resvératrol, flavonoïdes…

Phytostérols : cholestérol, béta sitostérol…

Minéraux : zinc, calcium, magnésium

Les vitamines A, D, E (tocophérols), K

Des enzymes : coenzymes Q10, polyphénol oxydase…

Des esters résineux : lupéol, alpha et béta amyrine (alcools triterpéniques)

Certaines de ces molécules sont anti oxydantes et anti-inflammatoires et justifient de ce fait les propriétés des huiles. Par conséquent, les insaponifiables jouent aussi un grand rôle.

D’où viennent les propriétés des huiles végétales ?

Pour comprendre, les qualités pharmacologiques d’une huile végétale, il faut d’abord connaitre les propriétés des fameux composants majoritaires…les oméga 3, 6, 9….Qu’est-ce qu’un oméga ? pourquoi lui attribue-t-on un chiffre ? quelle différence, au final cela crée-t-il ?Tout cela fait appel à la biochimie…. Je vais tenter d’être le plus simple possible…

Un AG est formé d’une chaine carbonée qui commence par un groupement chimique methyle (CH 3) et qui se termine par un groupement chimique appelé carboxyl (COOH) :

CH3-C-C-C-C-C-C-COOH.

Le chiffre fait référence à la place de la double liaison chimique au sein de la chaine carbonée de l’acide gras. On décompte la position à partir du radical methyle (CH3).Ainsi, quand on parle d’oméga 3 (w 3), cela signifie qu’il y a une première double liaison au niveau du 3ièmecarbone en partant du groupement methyle. C’est identique pour les w6, 9…Ensuite, au sein d’une famille d’oméga (3 ou 6 ou 9) il y a différents AG qui se différencient par leur formule chimique et par leur nombre de double liaison.

Par exemple, au sein des w3 on distingue : l’acide alpha linolénique avec 3 doubles liaisons, l’acide eicosapentaénoïque (EPA) avec 5 doubles liaisons, et l’acide docosahexaénoïque (DHA) avec 6 doubles liaisons…

Dans le cas des w9 il n’y a qu’une seule double liaison en C9, par exemple l’acide oléique. Néanmoins, il faut savoir que les w9 peuvent être formés dans le foie à partir d’AG saturés. Leur carence est donc extrêmement rare.

Dans la famille des w6, on distingue : l’acide linoléique à 2 doubles liaisons qui donne naissance par voie enzymatique à l’acide arachidonique à 4 doubles liaisons.

Les deux grands AGE sont : l’acide linoléique (w6), et l’acide alpha linolénique (w3).

L’acide alpha linolénique donne naissance à l’w3 DHA (apporté aussi par les huiles de poissons). On le retrouve en forte concentration dans la rétine, le cerveau, le testicule, et le sperme. Le DHA est apporté par le lait maternel et via le placenta au bébé. Le fœtus et l’enfant ne peuvent pas le synthétiser.

L’EPA est formé, lui aussi, à partir de l’acide alpha linolénique (w3), par conversion enzymatique. Parfois cette conversion est faible, et on recommande donc d’en absorber dans l’alimentation. On en trouve dans les poissons gras, le krill, dans le varech et bien sûr dans le lait maternel.

L’EPA joue un rôle dans l’amélioration de la dépression et des fonctions cognitives. Il permet aussi de diminuer les réactions inflammatoires et allergiques.

Les oméga 6 (notamment le GLA, Acide gamma linoléique, contenu par exemple dans l’huile onagre, produit à partir de l’acide linoléique) jouent un rôle dans la cicatrisation, la guérison des blessures, le bon fonctionnement immunitaire, et les réactions inflammatoires (vasodilatation) parfois nécessaires.

Les enzymes de conversion ont besoin pour fonctionner de minéraux comme les vitamines B, C, E et du magnésium et du Zinc.

Quelles différences les AG polyinsaturés engendrent ils dans l’organisme ?

En tout premier, il faut savoir que les AGE sont trouvés dans les lipides structuraux de la cellule et semblent être impliqués dans l’intégrité structurale de la membrane mitochondriale, poumon de la cellule. Leur rôle est donc capital.

Le corps humain métabolise les AG par une succession de réactions biochimiques en différents composés actifs comme les prostaglandines (PG), les leucotriènes (LT), les lipoxines (LX) ou les thromboxanes (TX).

On synthétise ces composés actifs à partir de l’acide arachidonique présent dans les membranes cellulaires et produit, pour rappel, à partir de l’acide linoléique (w6). 2 voies métaboliques sont en compétition et produisent, entre autres, soit des composés de la série 2 (PG2, TX2 pro inflammatoire et agrégant plaquettaire) soit de la série 4 (LT4, LX4).

La métabolisation des AGE (w6 et 3) à partir de l’acide linoléique et alpha linolénique est dépendante d’une enzyme (delta 6 désaturase) dont l’activité diminue avec :

  • Stress
  • Sénescence (à partir de 45 ans)
  • Alcoolisme
  • Tabagisme
  • Insuffisance hépatique
  • Hypo-insulinémie
  • Inexistante chez le nourrisson

De plus, cette enzyme est commune à la métabolisation des w3 et 6. Par conséquent, il y a une compétition entre ces 2 voies métaboliques qui favorise la voie de transformation où il y a le plus de matière première (généralement, les w6).

Au niveau biochimique, l’EPA conduit à la formation des prostaglandines 3 et des tromboxanes de la même série (3) ainsi qu’au leucotriène LTB5, puissant anti inflammatoire. PG3 et TX 3 inhibent la libération de l’arachidonate provenant des membranes cellulaires et donc la formation des PG2 (faiblement agrégant plaquettaire) et TX2 (fortement agrégant plaquettaire). Ainsi, au final, grâce à la consommation d’EPA la balance finale penche vers une moindre agrégation plaquettaire.

Par conséquent, une consommation accrue d’w3 conduit à :

  • Moins d’inflammation
  • Plus d’anti-agrégation plaquettaire

D’où un effet bénéfique sur la prévention cardiovasculaire et les inflammations.

Les leucotriènes sont des molécules produites à partir de l’acide arachidonique par la voie métabolique de la lipoxygénase. Certains de ces composés sont de puissants vasoconstricteurs, provoquent des contractions musculaires notamment bronchique (asthme), une stimulation des sécrétions des glandes muqueuses, une augmentation de la perméabilité vasculaire (d’où arrivée d’autres cellules qui entretiennent les phénomènes inflammatoires).Les w3 favorisent les leucotriènes LTB5 anti inflammatoires et ont donc une action anti-inflammatoire démontrée.

Par conséquent, une consommation accrue d’w6 conduit :

  • A la formation de leucotriène LTB4 très pro-inflammatoire
  • Au thromboxane A2 fortement agrégant plaquettaire
  • A la prostaglandine PGI2 faiblement anti-agrégante plaquettaire.

C’est pourquoi on recommande une consommation d’oméga 3 et 6 mais avec un rapport optimal de : 1 oméga 3 pour 4 oméga 6.

Le problème est qu’actuellement, l’alimentation moderne fournit beaucoup plus d’oméga 6 que d’oméga 3 d’où une balance tournée vers l’aspect inflammatogène des oméga 6.

Il faut bien comprendre que les oméga 6 sont aussi importants dans le fonctionnement de l’organisme. Il ne faut pas les diaboliser, simplement comprendre qu’ils sont en compétition avec les w3 au niveau enzymatique, que le taux de conversion des oméga 3 en EPA et DHA est déjà faible et que donc on assiste plutôt à une carence en w3 de nos jours dans nos organismes.

Pour pallier à cette insuffisance, il suffit d’augmenter sa consommation d’huiles végétales contenant des oméga 3 (en général, de l’acide alpha linoléique, donc besoin de transformation enzymatique) ou d’absorber des huiles des poissons gras (dépolluées de métaux lourds) qui apportent directement EPA et DHA.

On ne remplacera jamais un apport via l’alimentation, beaucoup plus biodisponible pour notre organisme que des supplémentations multiples.

La cohérence cardiaque, une technique simple pour harmoniser son corps et son esprit

La cohérence cardiaque, une technique simple pour harmoniser son corps et son esprit 5000 3335 marielegros

La cohérence cardiaque, une technique simple pour harmoniser son corps et son esprit

 

  • Qu’est-ce que c’est ?

La cohérence cardiaque ou résonance cardiaque permet une gestion du stress et des émotions. Par conséquent, cela entraine de nombreux bienfaits sur la santé physique, mentale et émotionnelle.

Cette technique repose uniquement sur un contrôle de votre respiration en position assise. Ainsi, cette méthode régule votre niveau de stress.

 

  • Comment ça fonctionne ?

Le cœur communique directement avec le cerveau via un réseau complexe de neurotransmetteurs. En agissant sur le rythme cardiaque, il est donc possible d’envoyer des messages au cerveau.

On distingue 2 grands systèmes nerveux :

-L’un est volontaire, le système somatique

-L’autre est involontaire, le système nerveux autonome

Ce dernier est composé du parasympathique et de l’orthosympathique.

La résonance cardiaque vise à harmoniser le système nerveux autonome (SNA).

Schématiquement, l’orthosympathique est le système qui prépare l’action (vasoconstriction, mise en tension du corps, dilatation des pupilles, accélération cardiaque et respiratoire, arrêt de la digestion, concentration des liquides…) alors que le parasympathique est le système du repos (détente musculaire, vasodilatation, apport de liquides, phase de digestion…)

Notre vie consiste en un savant équilibre entre ces deux phases…. Cependant parfois l’un prend le pas sur l’autre et le déséquilibre apparait…

  • Et la respiration dans tout ça ?

L’inspiration stimule l’orthosympathique et l’expiration le parasympathique.

De plus, la respiration est contrôlée par le système nerveux autonome et le système nerveux somatique. Il est donc possible de contrôler le système nerveux autonome par cette voie.

  • Le principe :

365

3 fois par jour, 6 respirations par minute, 5 fois par jour.

On entend par respiration : 5 secondes d’inspiration profonde abdominale et 5 secondes d’expiration profonde comme si on avait une pate macaroni dans la bouche.

  • Pourquoi ces chiffres ?

Lorsque l’on respecte cette fréquence de respiration on atteint l’état d’équilibre de cohérence cardiaque. C’est une des méthodes qui permet de l’atteindre, et cette fréquence respiratoire est commune à tous. Il s’agit d’une constante physiologique.

  • Rythme à suivre

L’effet principal étant la régulation du taux de cortisol, il est intéréssant d’effectuer la première séance le matin au lever, car c’est à ce moment que le taux de cortisol est le plus élevé physiologiquement. La durée d’action de la cohérence cardiaque étant d’environ 4 à 6 heures, il est souhaitable d’effectuer la suite environ 4 heures après de façon à préparer la digestion et gommer les évènements du matin. La dernière séance aura lieu en fin d’après-midi afin d’amorcer la soirée.

 

  • Quels effets ?
  • Effets immédiats :

-Augmentation de l’amplitude de la variabilité cardiaque, synonyme d’état d’équilibre important.

-Apaisement

  • Effets sur un délai de 4 heures :

-Diminution du cortisol, hormone du stress et de l’adaptation

-Augmentation de la DHEA, hormone de la jeunesse

-Augmentation des Ig A salivaires, première barrière immunitaire

-Augmentation de l’ocytocine, hormone de l’attachement

-Augmentation des ondes alpha, favorisant la mémoire, l’apprentissage, la communication et la coordination

-Augmentation du facteur natriurétique auriculaire secrété par le cœur avec une action sur l’hypertension artérielle

-Action positive sur de nombreux neurotransmetteurs (sérotonine, dopamine)

  • Effets à long terme ( >10 jours de pratique, 3 fois/jour)

-Diminution de l’hypertension artérielle

-Diminution du risque cardiovasculaire

-Régulation de la glycémie

-Meilleure récupération

-Amélioration de la concentration et de la mémorisation

-Diminution des troubles de l’attention et de l’hyperactivité

-Amélioration des maladies inflammatoires

comment les fleurs de Bach se prennent elles?

Les Fleurs de Bach: comment se prennent-elles?

Les Fleurs de Bach: comment se prennent-elles? 2448 3264 marielegros

Les Fleurs de Bach : comment se prennent-elles ? Une technique simplissime…

Il y a différentes façons d’absorber les Fleurs de Bach.

Une fois les remèdes choisis en fonction de votre situation actuelle, vous pouvez :

  • Mettre directement en bouche 2 gouttes de chaque fleurs 4 fois par jour.
  • Mettre dans un verre d’eau 2 gouttes de chaque fleur et boire le verre. Ceci est à refaire 4 fois par jour.
  • Diluer dans un flacon de 30 ML chacune des fleurs en déposant 2 gouttes de chaque et en complétant avec de l’eau minérale. On prend 4 gouttes ou 2 pulvérisations (si flacon spray) 4 fois par jour du mélange.
  • Diluer dans une bouteille d’eau minérale de 1,5 litres chacune des fleurs en déposant 2 gouttes de chacune. Boire régulièrement.

Ce mode de préparation très dilué a une action très profonde et s’adresse à des problématiques anciennes… En général, c’est au conseiller en Fleurs de Bach de vous conseiller ce mode de préparation après avoir effectué des soins au préalable. En effet, on ne commence pas avec une telle puissance d’action sans avoir préparé le terrain auparavant.

  • Parfois, on peut utiliser un mixte. C’est-à-dire que vous avez un flacon contenant plusieurs fleurs diluées (des fleurs dites de personnalités) et un ou deux flacons à utiliser purs pour des fleurs du moment (correspondant à une problématique ponctuelle…)

On peut aussi mettre des fleurs de Bach dans de l’huile de massage ou dans le bain.

cure-de-printemps-citron

Cure de Printemps, la detox indispensable

Cure de Printemps, la detox indispensable 1200 900 marielegros

Cure de printemps, la detox indispensable

Vive le printemps ! Les jours rallongent, les bourgeons se développent, la nature sort de son hibernation hivernale… C’est le moment idéal pour prendre soin de vous avec une cure de printemps.

Ménage de printemps

Le printemps est une saison compliquée pour votre organisme. Elle requiert beaucoup d’énergie pour celui-ci d’où une éventuelle fatigue. De plus, les températures remontent et cela provoque un travail supplémentaire pour votre système circulatoire, d’où un risque accru d’AVC, d’infarctus, de phlébite, d’hémorroïdes, ou de sensation de jambes lourdes à cette époque de l’année…
Pour pallier ces risques, je vous propose une cure très simple à réaliser et peu contraignante car vos habitudes alimentaires restent inchangées : la cure de printemps

La cure de printemps aux 100 citrons

Celle-ci permet un nettoyage profond de votre foie ainsi que de la vésicule biliaire.Le citron qui malgré son goût acide est alcalin dans l’organisme, va aussi fluidifier le sang(rendu plus épais par l’alimentation plus riche de l’hiver).
Il est impératif de choisir des citrons BIO.
La cure s’effectue sur 3 semaines. On utilise un citron le premier jour, puis on ajoute un citron chaque jour (donc 2 le deuxième jour, 3 le troisième jour …) jusqu’au 10 ième jour (où vous êtes à 10 citrons). Le 11 ième jour vous restez à 10 citrons puis vous diminuez d’un citron par jour. La cure dure 3 semaines et vous aurez absorbé 100 citrons bio ! Cela explique la puissance de cette cure.

Préparer ma cure

Les citrons se préparent de la façon suivante :
  • Coupez les citrons en deux et mettez les dans une casserole,
  • Recouvrez d’eau froide et couvrez la casserole,
  • Chauffez jusqu’à atteindre l’ébullition, puis laissez bouillir 3min.
  • Retirez du feu et laissez refroidir en écrasant à la fourchette les citrons, de cette façon vous ferez sortir les pépins, la pulpe et les composants présents dans l’écorce),
  • Filtrez le tout afin de ne conserver que le jus, et conservez au frais.
Et voilà c’est prêt, je vous conseille de le boire en début de journée. Si vous êtes sensible à l’acidité du citron, vous pouvez utiliser une paille pour boire (cela évite une gêne au niveau des gencives). Et si vraiment votre estomac n’en peut plus, vous pouvez ajouter un peu de bicarbonate de sodium pour adoucir le goût. N’ajoutez pas de sucre, cela ruinerait vos efforts.
Parmi les nombreux bienfaits de cette cure : le renforcement de l’organisme, un teint plus clair, une meilleure digestion, et une meilleure résistance physique !  Cette cure s’effectue à chaque printemps. Attention elle ne s’adresse pas aux enfants, ni aux adolescents, ni aux femmes enceintes.
soigner-le-coup-de-froid

Soigner le coup de froid

Soigner le coup de froid 1200 800 marielegros

Soigner le coup de froid

Avril, ne te découvre pas d’un fil. Le printemps est là et pourtant, vous n’avez pas échappé au coup de froid… Rhume, courbature, toux, fatigue, tous les symptômes sont là. Que faire pour guérir plus vite?

Prendre du repos

Un corps épuisé est un corps qui se défend mal. Un corps stressé est un corps qui fait mal. Un corps négligé est un corps qui vous parle, avec son langage…Par conséquent, écoutez- le. Sans lui, vous n’avancerez plus, ne travaillerez plus…Un coup de froid survient chez un organisme affaibli, ainsi prenez les mesures nécessaires pour ralentir votre rythme pendant quelques jours.

Manger léger

Manger léger en préférant les jus, l’eau les soupes. Oubliez les repas lourds et copieux et bannissez les produits laitiers et sucreries tant que vous avez des symptômes. Aidez vous avec des enzymes digestives qui auront une double fonction : faciliter la digestion et limiter les inflammations.

Misez sur des remèdes naturels

Procéder à un nettoyage de votre nez régulier (3 fois par jour au moins) avec de l’eau de mer ou mieux avec de l’argent, oligoélément anti inflammatoire et anti infectieux qui tapissera la muqueuse nasale et postérieure (à avaler par le nez).

Massez-vous avec un mélange d’huiles essentielles de Ravintsara (Cinnamomun camphora ) et d’Eucalyptus radié (Eucalyptus radiata). Ces huiles sont puissamment anti virales, immunostimulantes, régulatrice de la toux… des alliées de choix à avoir à porter de main.

Préparez-vous une infusion à base de citron bio de gingembre et de cannelle et buvez-en 3 à 4 tasses par jour au moins. (Me consulter pour la recette). Certains remèdes homéopathiques peuvent vous aider ainsi que les bourgeons de Cassis et de Ronce.

Enfin, si la fièvre fait son apparition, il est nécessaire alors d’utiliser des mélanges à base d’huiles essentielles qui s’avaleront pour obtenir une action systémique : cannelle, eucalyptus, sarriette, lavande…